Accueil Consultez nos articles Rechercher Qui sommes-nous ? Cuisinez sans sel : recettes et astiuces

DIETETIQUE FACEBOOK

Sachez ce que vous mangez

Calculateur de calories

00Sel

Composition Florale

Qui est en ligne ?

Nous avons 33 invités en ligne

Accord Vins/mets

Habitat Ecologie

Toute la dietetique en un seul clic
LE CAFE, ami ou ennemi ? Envoyer
Articles et brèves par thème - Vrai / Faux
Écrit par Administrateur   

 

Certains en conseillent la suppression , d'autres en ventent les mérites , la vérité est certainement dans la modération.

En ce qui concerne les effets bénéfiques :
-Il stimule l'éveil intellectuel ,il améliore la vigilance.
-Il facilite la digestion et le transit intestinal.
-Il apporte un peu de potassium et de vitamine PP.

-En cas de maux de tête ,il peut apporter un soulagement
-Son goût agréable en fait une boisson appréciée et très peu calorique ,à condition bien sûr de ne pas lui ajouter sucre et crème.

Quant aux effets moins positifs ,ils ne doivent pas être négligés :

-Il est déconseillé à toute personne souffrant d'ulcère ,de gastrites car il stimule les sécrétions acides de l'estomac.

-Il peut provoquer des insomnies chez certaines personnes sensibles .Dans ce cas ,il faut éviter de le boire pendant les 6H précédant le coucher.

-Il diminue l'absorption du fer ,lorsqu'il est consommé en même temps que les aliments
-Consommé trop fréquemment ,il peut jaunir les dents.
-Une consommation importante peut provoquer l'apparition de troubles tels que :nervosité ,agressivité ,insomnies voire dépendance avec symptômes de manque à l'arrêt de la consommation

Ce breuvage ,déjà apprécié par nos lointains ancêtres, doit donc être consommé avec modération mais rien ne justifie sa suppression complète.{mosimage}
Annie Barral Diététicienne

 

Mise à jour le Vendredi, 10 Mars 2017 16:03
 
L'alimentation de l'enfant sportif - comment couvrir les besoins Envoyer
Articles et brèves par thème - Sportif Forme
Écrit par LHERITIER CATHERINE Nutritioniste-Diététicienne   
La meilleure façon de savoir la quantité de chaque aliments que doit consommer l´enfant sportif est de faire une consultation avec un spécialiste.
Celui-ci calculera ces quantités selon les besoins individuels de l´enfant en tenant compte de ses caractéristiques
(âge, poids, activités…).

De cette façon vous aurez la certitude de couvrir les besoins d´un corps en pleine croissance et plein développement ainsi que d´éviter des carences qui ne pourraient que provoquer des troubles.

Le spécialiste donnera une série de recommandations comme :
Réaliser 4 repas par jour et 1 ou 2 collations.

Manger tous les jours des aliments de tous les groupes.
Eviter des aliments ou des préparations trop riches en graisses.
Manger tous les jours des fruits et des légumes crus.
Alterner la consommation de viandes rouges avec celle des viandes blanches.
Boire au moins 1,5 litre d´eau par jour.
Ces petites recommandations aident à améliorer la qualité du régime du petit sportif mais ne remplace pas la consultation avec un professionnel.
Mise à jour le Vendredi, 24 Mars 2017 11:31
 
Les nutriments, c'est quoi ? Envoyer
Articles et brèves par thème - Formation
Écrit par James Collier Diététicien   
Ce sont les différents éléments de base contenus en proportions variables dans les aliments. Tous sont indispensables à l'entretien de notre organisme.

Les PROTEINES (protides)
Elles apportent les éléments bâtisseurs de base (acides aminés) indispensables à la fabrication et au renouvellement des tissus de notre corps.
Les protéines doivent représenter 12 à 15 % de l'Apport Energétique Total (AET). Cet apport permettra de lutter contre la fatigue, de préserver la masse musculaire.

Les LIPIDES (graisses)
Très riches énergiquement, ils sont indispensables au fonctionnement cellulaire.
Ils doivent représenter 30% de l'AET, le rôle et la fonction des lipides dépendent de la nature des acides gras qu'ils contiennent :acides gras saturés, mono ou poly-insaturés.

Les GLUCIDES (sucres)
Représentants le complément énergétique (50 à 55 % de l'AET), ils doivent faire partie de notre alimentation, essentiellement sous forme d'amidon.
Les glucides participent entre autres, au métabolisme neuromédiateur du système nerveux, dans les métabolismes tissulaires, hormonaux et humoraux.

Les 13 VITAMINES et les 20 MINERAUX
Ces substances sont indispensables l'organisme, car celui-ci ne peut les synthétiser. Elles doivent être apportées par l'alimentation, elles n'apportent aucune calorie.
Deux sortes de vitamines existent : Les vitamines liposolubles (présentes dans les graisses), il s'agit des vitamines A, D, E et K.
Les vitamines hydrosolubles (présentes dans de constitution des aliments, ce sont les vitamines du groupe B et la vitamine C.
Ils existent de nombreux minéraux ( calcium, magnésium, phosphore). Certains sont appelés oligo-éléments (fer, fluor, cuivre).
Ces vitamines et minéraux sont présents en quantité variable dans les aliments. D'où l'intérêt d'avoir une alimentation variée et équilibrée pour couvrir l'ensemble des besoins de notre organisme.

Mise à jour le Lundi, 18 Juin 2012 14:37
 
Au Japon, la diététique est un art Envoyer
Forme - Forme
Écrit par Brigitte Dussert   

LES SPÉCIALITÉS CULINAIRES ET DIÉTÉTIQUES JAPONAISES SONT DES SOURCES DE PLAISIR ET DE SANTE

 

 

LES NOUILLES JAPONAISES

 

Les pâtes japonaises sont des nouilles très fines et de texture très douce qui cuisent très rapidement. Les ingrédients sont souvent choisis avec méticulosité, une farine tellement fine, la pâte est longuement pétrie puis étalée en fines couches. C'est le maître artisan qui les découpe en lanières sans les comprimer. On les trouve à base de farine de froment, de sarrasin, . Ces pâtes japonaises restituent toute la richesse nutritive du froment complet et du sarrasin, source de protéines. Elles se servent chaudes avec un potage ou accompagnées d'une sauce très relevée ou de légumes sautés. Elles sont aussi délicieuses froides en salades l'été.

 

 

LES THES

 

Les meilleurs thés verts sont récoltés en Chine mais aussi dans les montagnes japonaises.

 

SENCHA :  thé vert authentique de qualité supérieure originaire de Kagoshima, une région réputée pour son thé vert qui fait l'objet d'une culture soignée. C'est une excellente source de polyphénols aux propriétés antioxydantes.

 

LE KUKICHA : thé de "trois ans" naturellement pauvre en théine et composé de feuilles et brindilles grillées. Ces brindilles coupées à l'automne sont les jeunes pousses des trois saisons précédentes.

 

LE BANCHA : thé vert très apprécié pour son arôme bien présent, c'est un thé très agréable à déguster chaud ou froid, une boisson très stimulante en hiver et riche en antioxydants

 

LE MU : très célèbre, cette infusion est composée de 16 plantes et racines sauvages cueillies en montagne. Elle ne contient ni théine et son goût est particulier avec des notes ginseng, cette fameuse racine "miracle" est très prisée des asiatiques pour ses vertus thérapeutique sur le corps et l'esprit.

 

Boire du thé vert est devenu à la mode, un phénomène de société. En France on en consomme de plus en plus comparativement à  une dizaine d'années. Pour profiter du thé vert il faut une excellente qualité de thé qui préserve les vertus de la plante. C'est une boisson raffinée, source d'antioxydant.

Les variétés Bancha et Kukicha ont une faible teneur en théine, cela s'explique par le fait que la récolte s'effectue en fin de saison. Les feuilles ou brindilles sont récoltées, séchées naturellement ou grillées.

 

 

LES VINAIGRES

 

Le GENMAÏ SU et l'UME SU sont des vinaigres japonais issus de fermentation naturelle. Ils sont très colorés et agréablement parfumés, digestes et plein de ressources santé.

 

Le Genmaï  est un vinaigre de riz couleur miel, il est très doux au goût.

 

Mise à jour le Lundi, 09 Novembre 2015 10:00
Lire la suite...
 
Pourquoi faut-il consommer des fibres ? Envoyer
Articles et brèves par thème - Santé
Écrit par Chantal Lamour Diététicienne   

Les fibres sont des composés contenus dans les aliments végétaux.

Elles ne sont pas, ou très peu, digestibles c'est à dire qu'elles ne pénètrent pas dans les cellules intestinales pour passer ensuite dans le sang; elles restent dans l'intestin et sont éliminées dans les selles. Elles n'en demeurent pas moins très utiles pour notre organisme.
Elles ont, avant tout, un rôle mécanique: elles permettent la progression des aliments et de leurs résidus tout au long du tube digestif. Les contractions péristaltiques de l'intestin sont moins efficaces lorsque l'alimentation est pauvre en fibres: la vitesse du transit est ralentie et peut entrainer une constipation.
Les fibres fixent aussi, à leur surface, différentes substances (cholestérol, sucres simples, protéines, sels minéraux) et, diminuent ou ralentissent ainsi leur absorption par les cellules intestinales.

Les différents types de fibres:
Il existe différentes sortes de fibres végétales:
- la cellulose compose la structure des parois des cellules des végétaux;
- les hémicelluloses se trouvent dans les céréales et produits céréaliers;
Ces 2 types de fibres absorbent jusqu'à 6 fois leur poids en eau:
- la pectine est présente dans les pépins des fruits (pommes, framboises, coings); elle forme un gel au pouvoir absorbant;
- la lignine constitue le tissu de soutien des végétaux; elle est irritante pour la muqueuse intestinale.

Où trouve t-on des fibres?
- les écorces des grains de céréales
- les céréales qui possèdent encore leurs enveloppes, soit les céréales complètes
- les légumes secs: lentilles, haricots …
- les légumes verts: poireaux, salades, épinards, tomates crues …
- les fruits secs: pruneaux, abricots, dattes …
- les fruits frais
- les préparations industrielles à base de céréales, et certains pains.

La consommation actuelle en fibres:
Notre alimentation est appauvrie en fibres: nous consommons beaucoup de produits alimentaires raffinés.
De nombreuses études ont mis en évidence les conséquences sur la santé d'une alimentation pauvre en fibres:
- le transit intestinal est ralenti, les aliments et leurs résidus restent plus longstemps dans l'intestin;
- la constipation est fréquente;
- les maladies du colon sont plus fréquentes;
- l'incidence des cancers du colon est plus élevée;
- l'incidence des maladies cardiovasculaires est, elle aussi, plus élevée.

Quels conseils?
Il faut réintroduire dans notre alimentation:
- les légumes secs, et tous les fruits et légumes frais,
- des produits moins raffinés: riz complet …
- du pain aux céréales, voir du pain au son de temps en temps.
Consommer suffisamment de fibres alimentaires végétales n'évitera pas les maladies du tube digestif, mais contribuera à diminuer la fréquence de ces pathologies.

 

Mise à jour le Lundi, 07 Décembre 2015 10:19
 
LES COMPLÉMENTAIRES, PILULES MIRACLES ? Envoyer
Écrit par Brigitte Dussert   

Il est à l'étude de les prescrire sur ordonnance dans le futur, vous les trouvez en vente libre mais attention à ne pas dépasser les doses et à faire les bonnes associations.


Béta-carotène : utile pour préparer la peau au soleil vous pouvez le trouver dans les épinards.

Chrome : préconisé comme aide-minceur vous le trouvez dans la levure de bière.

Coenzyme Q10 : anti-âge ??? peu convaincant...

Cranberry : prévention des cystites 1/2 l de jus au quotidien.

Créatine : amélioration des performances physiques, viande et poisson à tous les repas.

Curcumine : anti-inflammatoire  saupoudrez vos aliments de cette épice à garder à l'abri de la lumière.

Lycopène : stimule l'immunité.

Resvératrol : anti-âge, cardio-protecteur vin rouge.

Sélénium : anti-âge, immunité  vous en trouvez dans le thon, champignon, noix du Brésil.

Taurine : détoxifiant, faites une cure d'huîtres et de viande.

Vitamine D :amélioration de la calcification osseuse, exposez vous au soleil en dehors des heures trop chaudes et mangez du hareng.

Vitamine E : anti-âge, immunité régalez-vous sans complexe d'amandes, noisette, huile de germe de blé.

Mise à jour le Dimanche, 11 Mars 2012 18:59
 
LE RÉGIME IDÉAL AU RETOUR DES VACANCES Envoyer
Forme - Forme
Écrit par Brigitte Dussert   

Les apéros entre copains, les restos, les barbecues au bord de la plage...  laissent sur nos hanches et notre ventre des bourrelets inesthétiques que l'on voudrait gommer rapidement pour « rentrer » à nouveau dans son jean préféré. Donc c'est le moment de reprendre la situation en main pour retrouver  votre  silhouette !

 

Pas question de tomber dans le piège de vouloir maigrir à toute vitesse. Ce sont souvent des régimes déséquilibrés qui vous rendent affamées, fatiguées et frustrées. L'aiguille de la balance peut donc descendre très vite mais remonter tout aussi rapidement au moindre écart, le corps a une « mémoire » et stockera d'autant plus après...

 

MES CONSEILS :

 

-faire l'inventaire de son réfrigérateur et placard de cuisine et éliminer de suite la pâte à tartiner, les biscuits, sucreries, la charcuterie, les crèmes desserts, les sodas, les fromages coulants.....

 

-faire une liste de courses de base : fromage blanc 0%, muesli pauvres en sucres, riz  basmati ou complet, légumes frais, fruits frais dont citron, orange, pamplemousse, miel, crème allégée, poisson, crustacés, viande blanches, quelques amandes,  un petit pain (campagne ou complet ... ) achetez de petites quantités de chaque aliment vous serez ainsi moins tentée de manger de trop grosses portions.

 

-privilégiez les aliments de qualité, sains.

 

-gardez à l'esprit que vous allez fournir à votre corps la meilleure énergie possible puisque c'est pourquoi nous mangeons. C'est important de s'en persuader en se répétant souvent cela, en se remémorant pourquoi nous mangeons et en retraçant mentalement le chemin que les aliments suivent dans notre corps, le sang dans les veines, le travail du foie, de l'estomac.... le mental est primordial dans cette démarche.

 

-dites-vous bien que l'on ne peut pas tout le temps se faire plaisir si on veut perdre du poids !! il n'y a pas de régime miracle qui permette de maigrir en mangeant de la mousse au chocolat... cela aussi il faut s'en persuader...

 

-réapprenez à avoir faim, à attendre que l'estomac tiraille un peu. Mangez de petites quantités, la valeur d'un bol maximum, c'est peu !!  vous serez étonnée au début mais tenez-vous à cette mesure.

 

-associez différents aliments pour rendre votre repas coloré, différentes textures, du mou, du croquant, soyez en recherche de trouver des astuces pour améliorer le goût, votre motivation sera ainsi positive. Associez un peu de riz ou pommes de terre ou patates douces... (un féculent)  à un peu de poisson ou viande blanche (protéines) à des légumes verts frais ou cuits. Réservez le fruit pour les collations.

 

Ayez la main légère dans les assaisonnements, ajouter un peu d'eau à votre huile d'olive ou mettez-en moi, laissez-vous le choix de décider, de mener vous-même votre propre expérimentation sans suivre la liste d' un livre. Faites-vous confiance.

 

-lorsque vous faites vos courses, choisissez légumes et fruits en fonction de vos préférences, un peu de viande rouge, du poisson mais en petites quantités, demander 100 grammes et non un morceau.

 

-en cas d'envie irrésistible préférez quelques amandes, une pomme cuite avec un peu de miel plutôt que plusieurs carrés de chocolat.

 

-dégustez lentement pour bien imprégner vos papilles de toutes les saveurs et vous en régaler.

 

 

Mise à jour le Dimanche, 09 Septembre 2012 06:57
Lire la suite...
 
LE CASSIS, "ÉLIXIR DE VIE" Envoyer
Forme - Forme
Écrit par Administrateur   

C'est un fruit que l'on oublie trop souvent et c'est vraiment dommage, mais il faut dire que  la saison de récolte est courte et se situe en juin-juillet.

La baie de cassis est 4 fois plus riche en vitamine C que l'orange et loin devant le kiwi. Soit 200 mg de vitamine C pour 100 g de fruit.

La vitamine C contenue dans le cassis ne se dégrade pas ni au séchage, à la cuisson ou à la congélation donc n'hésitons pas à la saison à en faire provision.La baie de cassis est particulièrement efficace pour combattre la diarrhée, elle est riche en anthocyanes. C'est surtout sa richesse en vitamine C qui en fait un aliment remarquable, administré en sirop cela permet de combattre les premiers symptômes de la grippe.

Rien ne se perd dans le cassis, on consomme les baies, les feuilles et aussi surtout les bourgeons qui ont une efficacité prouvée sur les reins, la goutte, les rhumatismes et la circulation sanguine, les jambes lourdes et... ça marche !

- Par voie externe, les feuilles appliquées en cataplasme soignent les piqures d'insectes, furoncles, abcès et plaies.

- Les baies peuvent se prendre fraîches ou séchées ou en jus.

- On en fait un vin de liqueur appelé ratafia, préparation médicinale qui figurait jadis dans l'officine de tout apothicaire. Pour fabriquer ce vin on mettait des baies de cassis à fermenter avec de la levure (procédé utilisé pour le vin) et on rajoutait du vin de porto, la dégustation pouvait commencer après quelques semaines de macération.

- La liqueur de cassis bien connue surtout dans la région de Dijon où elle fût élaborée par les moines et notamment par le célèbre chanoine Kir. On met à macérer 1 Kg de baies dans 3 litres d'eau-de-vie avec du sucre, et des épices clou de girofle et cannelle, après 15 jours de macération  on filtre.

- Les feuilles se préparent en infusion à raison de 30 à 50 g par litre d'eau et sont préconisées pour améliorer la circulation sanguine et à la ménopause.

 

Le cassis regorge de qualités nutritionnelles en plus de la vitamine C, il est aussi riche en vitamine B avec une teneur particulièrement intéressante en acide folique (vitamine B9), vitamine essentielle au développement du foetus surtout dans le premier trimestre. Il est aussi riche en fibres ce qui contribue au bon fonctionnement du système digestif. Ces fibres contiennent de la pectine et jouent un rôle dans la prévention des maladies cardio-vasculaires en agissant sur l'absorption du cholestérol.

Le cassis présente une composition intéressante en sels minéraux intéressante, notamment en fer, qui se trouve fixé grâce à la vitamine C contenue dans les baies. Il se caractérise enfin par sa richesse en polyphénols dont les flanoïdes (comme dans le vin French Paradox)

Côté régime, le cassis se situe dans la gamme des fruits moyennement sucrés (9g/100g) ce qui en fait un allié minceur.

Consommez-le frais, séché, cuit ou congelé dans vos salades de fruits,  confitures, muffins ou vos crumbles.

 

Mise à jour le Mercredi, 05 Février 2014 20:13
 
Gérer ses efforts physiques Envoyer
Articles et brèves par thème - Sportif Forme
Écrit par Alice Rode Diététicienne   
La ration calorique est plus élevée que la moyenne à cause de dépenses augmentées.

Exemples:
800Kcal de dépensées par heure de tennis;
400Kcal/heure de football;
75 à 100Kcal/heure pour un travail léger;
300Kcal/heure pour un travail moyen.

La glycémie
C'est le taux de sucre dans le sang.
Le sucre est le principal carburant du muscle. Notre organisme met le sucre en réserve au niveau du foie sous forme de glycogène, cette réserve permet de tenir 2h pendant un effort important.
Au cours d'un effort supérieur, l'hypoglycémie diminution du sucre sanguin) peut intervenir.

Les symptômes sont: vertige, maux de tête, trouble de la vue, pâleur, forte transpiration, sensations de faim douloureuses
D'où l'importance de l'apport en glucides.

Pendant un effort prolongé ou intense, la destruction des protéines augmente ainsi que la synthèse des protéines musculaires.
Les protéines sont donc importantes dans la ration du sportif mais de façon raisonnable.
En effet, un sportif a tendance à abuser des protéines, ce qui n'est d'aucun intérêt car au delà d'un certain seuil, les protéines en excès sont détruites et éliminées (le surplus ne sert pas à faire du muscle).

Une alimentation riche en lipides n'augmente pas les performances physiques, car seules les graisse endogènes sont alors métabolisables.
En général, l'huile d'assaisonnement, le beurre et le fromage suffisent pour un apport idéal en graisses.
Pour un effort d'endurance, il existe des boissons associant sucre et graisses qui sont mieux tolérées sur le plan digestif que les boissons typiquement glucidiques.

Au cours de l'effort, on notera également la perte d'eau, de sodium et de potassium par l'intermédiaire de la sueur.
Ceci entraîne des risques de déshydratation et de crampes.
Les crampes et douleurs musculaires peuvent également provenir des résidus de la consommation des muscles

Mise à jour le Mardi, 26 Janvier 2016 16:24
 
Le sel est toujours l’objet de polémiques. Envoyer
Archives - Les étapes de la vie
Écrit par Chantal Lamour Diététicienne   



Le sel, les besoins et sa consommation
Le sel est un produit naturel, apprécié et recherché par l'Homme; Plutarque disait “le sel transforme une nourriture nécessaire en nourriture agréable”.
Le minimum vital se situe à 0,5 g par jour et une alimentation équilibrée sans ajout extérieur de sel assure ce besoin. Pour se donner une marge de sécurité, on considère que l'apport physiologique est d’environ 2g.
La consommation moyenne actuelle des Français est très supèrieure à ce besoin: les résultats d'une enquête réalisée en 1998/1999, montrent une consommation moyenne de 8 g/jour hors sel ajouté à table et utilisé pour la cuisson des aliments, soit une estimation totale de 10 g/jour.

Le goût du sel est une des sensations gustatives au même titre que le sucré, l’acide, et l’amer. Il est admis qu’un goût spécifique dû au sel est apparu au fil des années afin de stimuler la consommation de sodium. Dans notre alimentation, le sel est non seulement un exhausteur de goût, mais c’est aussi un puissant inhibiteur des arrière-goûts amers. Pour cette raison, on l’utilise très largement dans de nombreux produits alimentaires.
Entre 1994 et 1999, l'augmentation de la consommation moyenne du sel de 10 à 15 % s’explique uniquement par les produits transformés ( 80 % du sel ingéré provient de ces aliments): le sel permet de fixer plus d’eau dans certains produits, de stimuler la sensation de soif et de masquer l’absence de goût.

Par ailleurs, le sel a un rôle dans la conservation grâce à son effet bactériostatique.

Beaucoup de qualités pour notre bon vieux sel de cuisine! le problème posé par sa consommation ne réside pas dans sa nature mais dans l’excès des quantités aujourd’hui ingérées.
Les opposants à la diminution de la consommation jouent sur cette ambiguité et rappellent qu’un plat sans sel est peu gastronomique. Or, toutes les politiques de santé publique à travers le monde visent à réduire modérément la consommation non pas à la supprimer.


Le sel et la santé
Que reproche-t-on au sel?
L'abondance des offres alimentaires conduit nos sociétés à des surconsommations à l'origine d'une nouvelle épidémie, 1ère cause de mortalité, l'obésité!
Le chiffre de 25 000 morts supplémentaires liés à la consommation du sel a été avancé. Quantifier une mortalité due à des maladies multifactorielles comme l’hypertension peut apparaitre effrayant mais cela permet, peut-être, une prise de conscience.
Tous les mécanismes conduisant aux pathologies liées au sel ne sont pas encore tous élucidés. Des débats entre spécialistes sont toujours d'actualité, mais une majorité s’entend pour souligner plusieurs risques. N'attendons pas une unanimité complète pour agir: nous pourrions nous apercevoir trop tard, que le temps perdu se mesure en nombre de vie humaine.

L’hypertension
Malgré des variations liées aux sensibilités individuelles, la responsabilité du sel dans l’hypertension a été prouvée lors d'études cliniques sur les animaux et sur l’homme ainsi qu’à travers des études épidémiologiques. .
Déjà 4500 ans avant J.C., un médecin chinois disait “si trop de sel est ajouté aux aliments, le pouls durcit”. Les scientifiques réunis le 11 janvier 2002 au colloque organisé par l’AFSSA, n’ont donc rien dit de nouveau. Et, le lien entre hypertension, maladies cardio-vasculaires et accidents cérébraux est clairement établi.

 

Mise à jour le Dimanche, 09 Septembre 2012 06:51
Lire la suite...
 
Il faut manger aux bonnes heures pour bien maigrir Envoyer
Forme - Forme
Écrit par Chantal Lamour Diététicienne   

Prendre des repas moins chargés, plus nombreux, plus lentement dans une ambiance détendue et selon le rythme de notre cycle circadien, est un moyen efficace de mieux assimiler les aliments … et donc de ne pas grossir. Le bon fonctionnement de notre corps dépend d’une part de ses “ fournisseurs ” d’énergie (aliments, air et eau) et, d’autre part de son horloge biologique, appelée Cycle Circadien. Ce cycle rythme les temps d’activité, de repos, … mais aussi l’heure des repas. Il existe 2 périodes de bonne efficacité de l’énergie disponible : entre 7 et 13 heures puis entre 17 et 21 heures.

- Notre horloge interne
Toutes nos activités métaboliques, physiologiques et psychologiques sont donc rythmées par les heures de la journée, par les mois, et les saisons : la température corporelle, les secrétions hormonales et digestives, les performances intellectuelles et musculaires fluctuent sur 24 heures avec un pic et un creux répartis selon les besoins de l’organisme.
Par exemple, la secrétion de cortisol (hormone secrétée par les glandes surrénales) est maximale vers 6 heures du matin : elle met en route, en éveil, les différentes fonctions de l’organisme notamment celles activant le système digestif et favorisant une bonne assimilation des aliments.

Chez la majorité des familles françaises, 
le petit-déjeuner se prend à 7h : il correspond au début de la 1ère période de disponibilité de l’énergie favorable à l’activité,
le déjeuner se prend à 12h30 : il correspond au moment de besoins de recharge de l’organisme après la 1ère longue période d’activité,
le dîner se prend à 19h30 : il permet de corriger les erreurs possibles de la journée et doit favoriser le sommeil..

Les coups de pompe s’expliquent :
entre 11 et 12 heures : par un petit-déjeuner insuffisant pour la 1ère période maximale d’activité,
entre 13 et 15 heures : c’est la phase “ calme ” de la digestion,
entre 15 et 17 heures : c’est la période creuse qui précède la nouvelle vague d’activité de 17 et 21 heures.
A partir de 21 heures la période de récupération, non favorable à l’activité, commence et se termine vers 5 heures du matin.



- Le bien-fondé du petit-déjeuner

Après 10 à 12 heures de jeûne, la prise alimentaire du petit-déjeuner régule l’équilibre faim/satiété de la journée : la sensation de faim à midi et le soir est moindre et les ingestas sont adaptés aux réels besoins de l’organisme. Mieux répartis sur la journée et, en accord avec l’horloge interne, les apports énergétiques facilitent la perte de poids (ou le maintien au poids idéal.

 

Mise à jour le Mardi, 26 Novembre 2013 18:20
Lire la suite...
 
Le danger est-il dans l'assiette ? Envoyer
Articles et brèves par thème - Alimentation
Écrit par James Collier Diététicien   

Prion, salmonelles, dioxines, listérias, nitrates, hormones, les dangers nous guettent à tous les coins d'assiettes...


Il n’est bien sûr pas question de négliger ces crises alimentaires, mais il faut leur redonner leur juste importance, et on risque moins un décès prématuré suite aux toxines ingérées que par excès de table et alimentation déséquilibrée, par excès d’alcool et de tabac, en prenant le volant ou en respirant tout simplement l'air ambiant.

Le risque fait partie intégrante de notre vie, il est la contre partie incontournable de tous les progrès et s'il faut évidemment essayer de les réduire au maximun, on ne peut que reconnaître qu’il est moins dangereux de vivre à notre époque qu'à n'importe quelle autre et l'augmentation régulière de notre espérance de vie en est la meilleure preuve.


Quels sont les dangers de la dioxine ?


La dioxine est une substance que l’on rencontre régulièrement dans notre milieu ambiant.

Ce produit est reconnu comme étant cancérogène mais seulement à partir d’une très forte dose pendant une longue période d’exposition.

Dans ces conditions, une cuisse de poulet contaminé de temps en temps ne peut provoquer l’apparition d’un cancer et peu de personnes ont l’habitude d’ingurgiter plusieurs poulets par jour pendant des années !


D’autre part les poulets belges n’ont pas l’exclusivité de la concentration en dioxine.

On retrouve cette dernière dans l’air que nous respirons, dans nos grillades cuites au barbecue, dans certains légumes qui peuvent peut être fixer la dioxine de l’air.

Soit ces faibles doses stockées au fil du temps sont inoffensives, soit elles risquent d’augmenter effectivement les risques d’apparition de cancers et dans ce cas les poulets belges n’ont été qu’un petit maillon de ce stockage involontaire.

Bien entendu, cela ne veut pas dire que l’on peut s’octroyer le droit de nourrir les poulets avec n’importe quoi mais dans ce cas précis le problème est certainement plus dans l’absence de moralité des éleveurs que dans les réels dangers de la contamination.

 


Avons nous tiré une leçon de toutes ces crises ?

L’alimentation industrielle paraît aujourd’hui incontournable, d’une part pour faire face aux besoins d’une population accrue, d’autre part pour proposer des produits à bas prix, abordables pour tous.

Le choix pourrait évidemment être de consommer moins et mieux.

Il vaut peut-être mieux ne pas manger du bœuf tous les jours et ne manger que du bœuf de bonne qualité et donc plus cher.

Le poulet fermier garanti sans dioxine et ne s’alimentant que de produits naturel coûte nettement plus cher que le poulet industriel.

Il en va de même pour les produits issus de l’agriculture biologique.

Alors la réponse à nos angoisses est peut être dans le changement de nos habitudes : Préférer la qualité à la quantité, acheter moins de produits industrialisés qui augmentent considérablement le coût de notre alimentation et préférer des aliments basiques, sains, de bonne qualité, à préparer soit même.

Les producteurs compenseront alors par un prix de vente plus élevé la perte en quantité.

Mais sommes nous prêts à consacrer plus de temps à la préparation de nos repas et la vie moderne nous en laisse t-elle la possibilité? Soyons positifs et affirmons que lorsque l’on veut, on peut ! Ces crises alimentaires ont au moins l’avantage de nous faire réfléchir sur ces sujets et de nous inciter à choisir d’autres directions.;;

Mise à jour le Mercredi, 25 Juin 2014 17:07
 
Manger des fruits et des légumes à chaque repas Envoyer
Articles et brèves par thème - Santé
Écrit par Chantal Lamour Diététicienne   

L’évidence est là : tous les scientifiques sont aujourd’hui d’accord pour reconnaître le rôle fondamental des fruits et des légumes dans la protection des maladies cardiovasculaires, de l’obésité, du diabète et de certains cancers.

Ces nombreux effets bénéfiques sur la santé humaine sont dus à leur composition en molécules (phytonutriments)très diverses comme les vitamines C et D, les caroténoïdes, les flavonoïdes, les phénols, les stérols, les fibres et autres oligo-éléments … Les mécanismes d’action, complexes comme le pouvoir d’anti-oxydant, ont été élucidés.
Chacun des fruits ou légumes ne contient pas la totalité des substances efficaces : les végétaux sont complémentaires entre eux, et c’est dans la diversité que s’exercent leurs actions bénéfiques.


Des constats :

Une étude sur 20 ans a permis d’évaluer, entre autre, une réduction de 27% de la mortalité cardiovasculaire entre 2 groupes de sujets : l’un constitué de personnes très peu consommatrices de fruits et légumes, et l’autre constitué de personnes consommant quotidiennement, à peine, 300 gr de fruits et légumes en plus que dans le 1er groupe !

Les fruits et légumes, par leur faible index glycémique, déclenchent une faible sécrétion d’insuline : un stockage des graisses est évité et la glycémie reste normale.

Plusieurs études ont mis en évidence que les sujets dont les apports en fruits et légumes sont les plus faibles ont un risque de cancer de 1,5 à 2 fois plus élevé que les sujets ayant les consommations les plus fortes.

Le risque de développer un cancer ou une maladie cardiovasculaire est multiplié par 2, voir 6, chez les personnes dont les apports ou les taux sériques de bêta-carotène, vitamine C, et
vitamine E sont les plus faibles.


Les recommandations :

Mise à jour le Mercredi, 26 Février 2014 15:44
Lire la suite...
 
L'alimentation du nourrisson de 0 ? 1 an : Allaitement artificiel Envoyer
Archives - Les étapes de la vie
Écrit par Alice Rode Diététicienne   



L'allaitement artificiel est l'allaitement qui utilise un autre produit que le lait de femme.
On utilise des préparations infantiles, encore appelées "laits industriels" ou "aliments lactés diététiques", qui sont fabriquées à partir du lait de vache avec des modifications, destinées à ressembler au lait de femme.
Leur composition tend donc vers celle du lait maternel qui sert de référence.
C'est le pédiatre qui fait le choix du lait.

Ce lait se substitue au lait maternel mais ne le remplace pas parfaitement car ce dernier reste, qualitativement, non reproductible.
L'avantage de l'allaitement au biberon, c'est que toute personne qui le désire peut partager ce moment avec bébé.
De plus, il est alors possible de suivre parfaitement les quantités prises par votre enfant.
Le biberon sera donné à la demande de l'enfant.
Au début, en moyenne 6 à 8 biberons par jour, espacés de 2 à 5h.

Il ne faut pas forcer un bébé à finir son biberon, il ne prend que ce dont il a besoin. A l'inverse, s'il pleure à la fin de son biberon, alors c'est peut-être qu'il a encore faim!

Pour la composition des biberons, prendre un eau faiblement minéralisée (Evian, Volvic...) ou une eau de source.
Exceptionnellement, faire bouillir 25 minutes de l'eau du robinet (celle-ci pourra être utilisée dès que bébé mangera à la cuillère).

Remarque: un biberon donné à température ambiante est moins digeste qu'un biberon chaud.

IL EXISTE TROIS TYPES DE LAITS INDUSTRIELS:


Les préparations pour nourrissons ou laits 1er âge

Jusqu'à 4 voir 6 mois; pendant la période où l'alimentation est exclusivement lactée.
Elles sont commercialisées soit sous forme liquide prête à l'emploi soit sous forme de poudre (1 mesurette rase pour 30mL d'eau faiblement minéralisée).Tous les laits 1er âge sont équivalents pour un enfant bien portant.
"Elles sont destinées à l'alimentation du nourrisson jusqu'à 4-6 mois et répondent à elles seules aux besoins de cet âge".

Exemples: Gallia 1 (Gallia); Alma 1-Blédilait 1er âge (Bledina); Aletina 1 (Mt Blanc);Nidal 1 (Nestlé); Nutricia 1 (Nutricia)...

Les préparations de suite
ou laits 2e âge

Données entre 5 et 12 mois. Elles concernent la diversification de l'alimentation qui est une période transitoire, marquée par un baisse de l'apport lacté au profit d'autres aliments.
"Elles sont destinées aux nourrissons de plus de 4 mois et constituent l'élément liquide principal d'une alimentation progressivement diversifiée". L'enrichissement en Fer de ces laits est obligatoire.
Il vaut mieux rester fidèle à une marque
Exemples: Galli 2 (Gallia); Alma 2-Blédilait 2 (Bledina); Aletina 2 (Mt Blanc); Nidal 2 (Nestlé); Nutricia 2 - Nutrilon 2 (Nutricia)...


Les aliments lactés pour enfants en bas âge
ou Laits de croissance

Ils sont destinés aux enfants de 1 à 3 ans et ont pour objet d'apporter du lait de vache enrichi en Fer, vitamines et acide linoléïque.
Il ne peut se substituer aux laits de suite entre 4 et 12 mois.
Certaines formes sont aromatisées et trop sucrées.
ATTENTION: Ne pas arrêter le "lait artificiel" trop tôt car le lait de vache apporte trop de protéines, a de moins bons lipides et est beaucoup moins riche en Fer.


Les autres laits

Il existe des laits hypoallergéniques, acidifiés, désodés, à base de protéines de soja, sans lactose ...
pour des enfants à risques allergénique, avec des problèmes de digestion ...
Il faut voir cela avec votre pédiatre.
Suite de l'article : Quelle quantité donner?
Mise à jour le Mardi, 26 Janvier 2016 16:16
 
Cuisine moléculaire : de l’art de nous prendre pour des couillons… Envoyer
News - Alimentation
Écrit par Administrateur   

On les aurait pas, il faudrait les inventer : voici, dans notre secteur Vins et Gastronomie, des dérives ubuesques qui ne devraient prêter qu'à rire si certains ne tentaient pas de leur donner du sens...

1/. La cuisine "moléculaire"
Sincèrement, je commence à être gêné de lire autant d'âneries sur cette fumisterie. On connaît l'art "people-pipeau" (Koons, Warhol, Combas...), on a maintenant des chefs "géniaux" qui nous abreuvent de mousses, d'additifs, d'émulsifiants, tous plus ou moins chimiques et, billes d'Agar-Agar sur le gâteau, le tout est proposé à des prix particulièrement honteux.

Allez, pour vous faire rêver, voici ce qu'on y ajoute : azote liquide bien sûr, lécithine, amidon de maïs (Xanthane...), Alginate de Sodium pour les billes de gélification (dont la dose journalière admissible n'est pas définie, rassurant, non ?), un peu de chlorure de calcium, de l'Agar pour toutes ces écœurantes gélatines, des Citras, Algin, Gluco, et j'en passe... Rien que du naturel.

 

Une idée de menu :


- à l'apéro, je ne peux que vous conseiller le cocktail moléculaire
"litchi pearl" ou le "Vodka-caviar de violette" ou le "Caviar de concombre" (si, si, cela existe, regardez la photo).

- ensuite, une "Meringue à l'azote liquide" pour vous mettre en bouche (demandez une table proche des toilettes), ou ce "Ruban d'encre de Seiche et Réglisse" (2** au Michelin, le type qui fait ça !!!), sinon, optez pour une entrée du chef (trop) médiatique Marx à Pauillac le "Risotto de Soja", par exemple), dont je vous livre sa présentation : " Thierry Marx, chef iconoclaste, a composé une carte à son image : patchwork de cuisine moléculaire à l'avant-garde des textures et des saveurs, et de tradition réinventée. Adepte d'écumes, de fumets et de quintessence, le saucisson est «virtuel», le pavé de blonde d'Aquitaine est empaqueté de papier cristal et la tomate iceberg, juchée sur son cylindre de glace, tombe dans une eau tiède d'herbes potagères semée de pavots en fleur" (menus : 90 à 175 € environ, pas donné).

Bon (est-ce bien le mot ?), passons.

Commencez à préparer votre sac en papier et à le placer sur vos genoux, on ne sait jamais (le même que celui que l'on vous donne dans les avions), on atteint les choses sérieuses. Tiens, pourquoi pas des "Canellonis translucides aux fraises" (on vous le conseille même avec un Bourgueil, pas sympa pour le vin dirait Jean Carmet).

Vous en voulez encore : le géant, le plus grand, le plus mytho, le "plus grand resto du monde" (mais si, puisqu'on vous le dit : "D'après les critiques spécialisés (spécialisés en quoi ?), c'est la première fois dans l'histoire que quelqu'un a été designé le meilleur genie-chef cuisinier de l'histoire.") : El Bulli pour découvrir un menu dégustation à 165 € (c'est dingue, ces types qui chipotent pour si peu : 165 €, c'est rien pour manger de l'air, allez, les pauvres, vous n'y connaissez rien).

Ah oui, pourquoi ne pas ajouter un "Shampoing d'ail", des "Perles de thym" ou des dés cubiques aux légumes ? Et pourquoi pas : un "Chantilly de Foie gras" (je vous avais prévenu, pour le sac en papier),

Que des trucs de stars, par des stars, on vous le dit. Tiens, en voici un qui se présente lui-même comme «concepteur artistique d’événements culinaires». Pas moins. Et encore une belle recette : "la sphérification et les ravioles de betterave". Rien de mieux qu'une vidéo pour se mettre en appétit.

Et pourquoi pas un stage : "“Les Bordelais en sont fous. On a aussi bien des laborantins dans l’âme que l’étudiant branché ou le retraité en quête de nouveautés.” Curieux de tout, le cuisinier de l’Atelier des Chefs à Bordeaux, Frédéric Schuller, a lancé les cours de cuisine moléculaire voilà sept mois. Vu son succès, la formule a été adoptée par l’ensemble des Ateliers en France. Ce vendredi 16 janvier, 25 rue Judaïque, le cours a fait le plein comme à son habitude. Au programme : l’Œuf au plat sucré version 2009, le Risotto de champignons et spaghettis de parmesan virtuel et un Tiramisu minute, caviar de chocolat et Amaretto. Deux heures durant, les arpètes jouent aux alchimistes ou au docteur tournesol, c’est selon. Avec seringues et tuyaux, les spérifications classiques ou inversées relèvent d’un jeu d’enfant.”

Ah, des "spaghettis de parmesan virtuel", super !

Sinon, optez carrément pour le "kit moléculaire" (profitez-en pour faire repeindre vos propres toilettes).

2/. Le vin, même combat ?

Pour aller avec cette formidable cuisine, on a les vins qu'il faut : noirs de chez noirs, puants le goudron, tout aussi écœurants, traficotés par les plus innovantes manipulations œnologiques, parfumés par des levures chimiques, enzymes, barriques de bois surchauffées, d'autres macérés dans des copeaux, mélangés à de la sciure, etc, etc. Du plus cher au truc à 2 €, de vrais "produits" de consommation qui n'ont, comme la cuisine moléculaire, de nom que le mot "vin". Voir "Un vrai Bordeaux, sinon rien" (et, concernant certains vins du Languedoc, cet article) ou "Le vin, ce n'est pas une boisson...".

Autre tranche de rigolade. Je cite : "Le point de départ de ces recherches est le concept d’aliments de “liaison”, des aliments qui déterminent la réussite d’un accord, comme l’olive noire qui garantira que l’accord avec une syrah sera réussi, le gingembre qui fera passer à merveille les pinots gris ou la menthe qui invitera à tester un sauvignon blanc."

Ah, une bonne tapenade avec un grand Bandol, idéal pour couler le vin, en effet. Et le gingembre, c'est pas super pour tuer le Pinot Gris ("à quoi ça sert que les Alsaciens y se décarcassent", comme dirait l'autre) ? Encore des bons, non ?

3/. Encore plus fort, le bois, maintenant.

Mail reçu de la Tonnellerie Sylvain :

"Le monde de la viticulture en rêvait, la Tonnellerie Sylvain l'a fait ! Grâce à l'acquisition du Chêne de Morat, fleuron de la forêt de Tronçais, âgé de 340 ans et aux qualités incontestables, Jean-Luc Sylvain propose à ses clients d'élever de grands crus dans des barriques tricentenaires. La Tonnellerie Sylvain crée l'événement avec une collection exceptionnelle de 60 barriques ! Intitulée « Collection Morat 09 » by Tonnellerie Sylvain, ce joyau de la tonnellerie crée déjà un engouement sans précédent chez les propriétaires de grands vins qui pourront ainsi créer des cuvées spéciales en les élevant dans un écrin d'exception luxueux. Après son abattage en 2006, sa transformation en douelles, et un séchage de 36 mois dans le parc, le Chêne de Morat est prêt pour la création des barriques... Les pièces de cette collection unique seront destinées aux propriétés des régions vitivinicoles de la « Vieille Europe » et du « Nouveau Monde ». Une dizaine de barriques seront designées d'artistes, qui apposeront leur touche créative avant d'être mises aux enchères en juin prochain au Régent Grand Hôtel."

On ne sait plus si on doit refréner un fou-rire ou en pleurer.

L'accord semble presque parfait : de l'azote dans votre assiette, de l'encre dans votre verre et du super-bois pour faire macérer des cuvées encore plus "spéciales". Cela laisse rêveur...

P.S. Pour info : "Santi Santamaria, récompensé du prix littéraire Premio de Hoy en début de semaine pour son livre La cocina aldesnudo (La cuisine à nu), milite pour la cuisine méditerranéenne traditionnelle et redoute que les chefs "ne deviennent les bouffons du 21e siècle". Malgré "un grand respect" pour Ferran Adrià, le chef de Can Fabes se demande s'il faut se sentir "fiers d'une cuisine, moléculaire ou techno-émotionnelle, avalisée par Ferra Adrià et ses adeptes, qui remplit ses plats de gélifiants et émulsifiants de laboratoire". Pour le chef de Can Fabes, la consommation de metilcellulose, un gélifiant d'origine végétale, peut être "préjudiciable" pour la santé. Il rappelle ainsi que cette substance est "déconseillée pour les enfants de moins de 6 ans". Il s'agirait, d'après lui, "d'un sujet de santé publique". La metilcellulose, comme les émulsifiants et épaississants, permet aux chefs adeptes de la cuisine moléculaire de réaliser des gels, émulsions et autres originalités. Ces ingrédients, conçus pour la cuisine, sont en vente librement dans le commerce. Et c'est justement ce qui inquiète Santi Santamaria. "Les recettes qui circulent sur Internet et qui invitent les cuisiniers à prendre des risques me font peur" dit-il, avant d'ajouter que "les clients des restaurants devraient connaître la composition exacte des plats qu'on leur sert"...

Et aussi : "Des nuages s'amoncellent sur la cuisine moléculaire"

 

 

| More
Mise à jour le Mardi, 26 Janvier 2016 15:53
 
Trois recettes minceur gourmandes Envoyer
Articles et brèves par thème - Menus diététique
Écrit par Chantal Lamour Diététicienne   

 

SOUPE FROIDE A LA TOMATE ET AU YAOURT
Pour 3-4 personnes 75Kcal/personne.
2 yaourts natures
750g de tomates
2 gousses d'ail
2 petits oignons nouveaux
2 gouttes de tabasco
quelques brins d'aneth.
Pelez et épépinez les tomates. Conservez une tomate au frais et coupez les autres en petits morceaux.
Mixez les tomates avec l'ail, les oignons, le sel, le poivre, le tabasco et les yaourts. Mettre au frais.
Avant de servir, coupez la tomate en petits dés et parsemez sur la surface de la soupe avec les brins d'aneth.


POTAGE GLACE AU CONCOMBRE
Pour 3-4 personnes 50Kcal/personne.
1 concombre
2 yaourts
1 càc d'huile d'olive
1 càs de feuilles de menthe fraîches hachées.

Épluchez le concombre. Placez sa chair épépinée dans le bol du mixeur, avec les yaourts, le sel, le poivre, l'huile et la menthe. Mixez jusqu'à obtention d'un coulis homogène.Trois recettes minceur gourmandes


LE DELICE FRAIS DE COURGETTES ET DE PETITS POIS
Proportions pour 4 personnes:
1 kg de courgettes ou filet frais,
bouillon aux épices (un cube),
350 g de petits pois doux surgelés,
6 brins de menthe,
4 cuillères à soupe d'huile d'olive, sel, poivre.
Préparation : 15 minutes
Cuisson : 15 minutes.
Variante : préparer en 2 courgettes de plus et le lundi vous pourrez l'emmener au bureau dans un récipient type Tuperwave.
Après en avoir éliminé les extrémités, laver les courgettes et les couper en fines rondelles, puis faire fondre le cube de bouillon dans 1/3 de litre d'eau, porter à ébulition, ajouter les lamelles de courgette, saler et poivrer.
Laisser cuire 15 minutes.
Pendant ce temps, écosser les petits pois, les plonger dans de l'eau bouillante, les laisser cuire 5 minutes, puis les égoutter et les réserver au frais.
Lorsque les courgettes sont cuites, verser le contenu de la casserole dans le bol d'un mixer avec 1 /3 des petits pois, réduire le tout en purée, ajouter la moitié de l'huile, mixer encore quelques secondes et verser dans un saladier.
Laisser refroidir, puis mettre au frais 1 à 2 heures.
Au moment du repas, ciseler les feuilles de menthe, répartir la soupe dans des assiettes, ajouter les petits pois, parsemer de menthe, asperger de quelques gouttes d'huile d'olive.

 

Dans ces recettes: 1 càc = 1 cuillère à café

et 1 càs = 1 cuillère à soupe.



Mise à jour le Dimanche, 27 Octobre 2013 17:04
 
Maigrir en mieux répartissant ses repas ? Envoyer
Forme - Forme
Écrit par Chantal Lamour Diététicienne   

Prendre des repas moins chargés, plus nombreux, plus lentement dans une ambiance détendue et selon le rythme de notre cycle circadien, est un moyen efficace de mieux assimiler les aliments … et donc de ne pas grossir …

Le bon fonctionnement de notre corps dépend d’une part de ses “ fournisseurs ” d’énergie (aliments, air et eau) et, d’autre part de son horloge biologique, appelée Cycle Circadien. 
Ce cycle rythme les temps d’activité, de repos, … mais aussi l’heure des repas.
Il existe 2 périodes de bonne efficacité de l’énergie disponible : entre 7 et 13 heures puis entre 17 et 21 heures.


1. Horloge interne et repas :

Toutes nos activités métaboliques, physiologiques et psychologiques sont donc rythmées par les heures de la journée, par les mois, et les saisons : la température corporelle, les secrétions hormonales et digestives, les performances intellectuelles et musculaires fluctuent sur 24 heures avec un pic et un creux répartis selon les besoins de l’organisme.
Par exemple, la secrétion de cortisol (hormone secrétée par les glandes surrénales) est maximale vers 6 heures du matin : elle met en route, en éveil, les différentes fonctions de l’organisme notamment celles activant le système digestif et favorisant une bonne assimilation des aliments.

Mise à jour le Samedi, 25 Août 2012 17:03
Lire la suite...
 
LES SUITES DU SCANDALE DES GRAINES GERMÉES Envoyer
Écrit par Brigitte Dussert   

Les récents empoisonnements liés à la consommation de graines germées qui ont entraîné la mort de 46 personnes a contribué à jeter l'opprobre sur les graines germées.

Ces toxi-infections détectée en majorité en Allemagne ont conduit les autorités sanitaires à recommander de ne consommer les graines germées qu'après cuisson. Les amateurs les préfèrent crus ou très légèrement cuites encore croquantes.

Le risque de contamination se situe durant la germination qui s'effectue dans une atmosphère humide et chaude, ce qui peut favoriser le développement de la bactérie Escherichia Coli. Seule la cuisson à 70° élimine les dangers.

 

Les graines germées ont la réputation d'être hyper concentrées en vitamines. Cela s'avère exact au cours de la germination mais ensuite après manutention et cuisson, la teneur en vitamines est quasiment égale aux autres légumes et fruits frais. Optez donc pour une cuisson plus délicate au wok ou à la vapeur.

 

Les graines germées sont riches en fibres, en enzymes et en vitamines ce qui en fait un légume d'appoint intéressant surtout durant l'hiver mais cette germination doit être effectuée dans le respect des règles d'hygiène, avec des apports d'eau de pluie, des fumiers non souillés, des mains lavées...

 

Depuis ces drames, on voit moins de diversité de graines germées à l'étal, prudence des consommateurs ? sans doute. Pourquoi ne pas les faire germer à la maison en vous documentant et en respectant des règles d'hygiène, vous re découvrirez le plaisir des graines germées et agrémenterez vos salades composées des délicieuses graines germées si fraîches et juteuses sous la dent...

 

LES GRAINES GERMÉES  : QUATRE SORTES

 

LES GRAINES OLÉAGINEUSES (SÉSAME, TOURNESOL, AMANDE)

LÉGUMES (POIREAU, FENOUIL, RADIS)

CÉRÉALES (BLÉ,AVOINE, SARRASIN)

LÉGUMINEUSES ( GERMES DE SOJA, LENTILLES, ALFALFA)

 

Cette adresse e-mail est protégée contre les robots des spammeurs, vous devez activer Javascript pour la voir.

 

 
LES EXERCICES DE GAINAGE DU CORPS POUR PARAÎTRE PLUS MINCE Envoyer
Écrit par Brigitte Dussert   

Pour paraître plus mince, pensez à muscler les endroits "stratégiques" . Grâce à ce gainage vous paraîtrez plus svelte dans vos vêtements.

 

 

EXERCICES DE GAINAGE DU CORPS À PRATIQUER AU BUREAU

 

La position de départ, le dos droit, les pieds bien à plat sur le sol, les genoux décollés de l'assise, les mains posées sur le bureau. Faites travailler vos abdominaux. Vous regardez un point face à vous.

 

Pour muscler les abdos, contractez le ventre 5 fois pendant 5 secondes en repoussant votre nombril vers la colonne vertébrale. Relâchez 2 secondes. Recommencez 20 séries en relâchant 20 secondes entre chaque. Faites cet exercice de préférence avant le repas.

 

Pour les fesses, contractez 5 fois vos muscles fessiers pendant 10 secondes, relâchez et reprenez. Faites 20 séries en posant 20 secondes entre les séries.

 

Pour des cuisses lissées, tendez une jambe sous le bureau, le pied flex, contractez les abdos. Maintenez la position 30 secondes. Changez de jambe. Faites plusieurs séries

 

Pour travailler les fesses et les cuisses, au moment de votre pause, placez-vous derrière votre chaise. Le dos droit et le ventre serré, accroupissez-vous en ouvrant les genoux vers l'extérieur. Faites plusieurs séries de 10 mouvements.

 

Pour affiner l'intérieur des cuisses, placez les mains de chaque côté de la chaise et soulevez légèrement les pieds. Ouvrez et fermez les jambes 20 fois. Recommencez l'exercice avec 10 secondes de pause entre chaque.

 

Pour affiner l'intérieur des cuisses, placez les mains de chaque côté de la chaise et soulevez légèrement les pieds. Ouvrez et fermez les jambes 20 fois. Effectuez plusieurs séries.

 

Pour des mollets galbés, placez-vous debout et mettez-vous sur la pointe des pieds 20 fois. Faites 5 séries avec 20 secondes de pause entre chaque. Vos cuisses et fessiers sont aussi sollicités pendant cet exercice. C'est parfait pour "faire fondre" la cellulite. Pensez à rester bien droite et à serrer les abdos.

 

Pour doper la circulation sanguine et lymphatique, tendez une jambe devant vous et faites tourner votre cheville dans un sens puis dans l'autre. Changez de jambe. L'effet minceur provient du drainage ainsi effectué.

 

Pour affiner la taille, faites des torsions du buste sur votre chaise. La position de départ doit être bien droite, le regard porté au loin, le ventre rentré. Tournez les épaules uniquement, sans bouger les hanches. Regardez au dessus de votre épaule en sentant bien la torsion au niveau de la taille. Expirez pour augmenter la torsion. Revenez à la position initiale et tournez-vous de l'autre côté. Recommencez 10 fois de chaque côté.

 

Pour affermir la poitrine et fortifier les triceps, joignez les mains au niveau de la poitrine, les coudes alignés. Pressez le plus fort possible pendant 10 secondes. Relâchez 5 secondes puis recommencez. Soulevez le fessier de votre chaise en tendant vos bras de chaque côté de l'assise. Pour les plus courageuses faites quelques pompes en soufflant en descendant.

 

Pour dégager les épaules, croisez les mains derrière la nuque et tirez les coudes vers l'arrière. A effectuer plusieurs fois

 

Relâchez toutes les tensions, assise, étirez vos bras vers le haut et relâchez en laissant tomber brusquement les bras vers le sol et en expirant. Secouer le bouts de doigts, les cuisses et les jambes, enroulez la tête.

 

 
<< Début < Précédent 1 2 3 4 5 6 7 Suivant > Fin >>

Page 5 sur 7

 

Copyright © Dietetique.com.fr - Tous droits réservés - Reproduction interdite - Mentions légales

moins de 5€_online_468x60_19

Sur Cinetv retrouvez toutes les bandes annonces vidéos des prochains films à sortir au cinéma

Bandes annonces cinéma HD – CinéTV

| More